Utilisation de l’eau

Notre empreinte en eau (utilisation par consommateur) est restée pratiquement inchangée depuis 2010*

Notre engagement

Diviser par deux la quantité d’eau liée à l’utilisation de nos produits par le consommateur d’ici 2020.*

Nos résultats

Notre empreinte en eau (utilisation par consommateur) est restée pratiquement inchangée depuis 2010.*

Ce qui compte le plus

En ce qui concerne notre engagement sur l’eau, nous avons trois objectifs qui sont les plus importants à nos yeux : Réduire la consommation d’eau dans le processus de lavage des lessives, des produits faciles à rincer et des produits plus économes en eau. Réduire la consommation d’eau liée à l’hygiène personnelle (corps et cheveux). (M) indique nos objectifs les plus importants.

  • réalisé: 0
  • conforme au plan: 5
  • non conforme au plan: 1
  • %objectif non atteint: 0

Notre approche

Les pénuries d’eau affectent déjà de nombreuses parties du monde. En 2025, 1,8 milliard de personnes vivront dans des pays ou régions avec une pénurie d’eau absolue et les deux tiers dans des situations de stress hydrique.

Alors que près de 70 % de l’eau douce disponible est utilisée pour l’agriculture, quand il s’agit de l’usage personnel et domestique, l’ONU estime que tout individu a besoin environ entre 50 et 100 litres d’eau par jour pour boire, cuisiner et se laver. Pourtant, dans les pays les plus pauvres, la consommation atteint à peine les 10 litres par jour et par individu. La collecte d’eau, généralement effectuée par les femmes, est également un problème. Selon les Nations Unies, l’Afrique subsaharienne perd à elle seule 40 milliards d’heures par an à collecter l’eau.

Notre approche consiste à travailler au-delà de notre chaîne de valeur, de l’approvisionnement des matières premières à la conception de nos produits. Depuis 2009, nous avons collaboré avec Water Footprint Network pour mesurer notre impact en eau agricole. Nous avons appris que nos principales cultures à forte utilisation d’eau sont les tomates et la canne à sucre. Dans l’ensemble, notre empreinte est inférieure à celle que nous avions estimée auparavant. Nous avons travaillé avec nos fournisseurs de tomates pendant de nombreuses années et nous continuerons à introduire une irrigation goutte-à-goutte à nos fournisseurs pour cette culture et pour d’autres également.

Réduire notre consommation d’eau

Nous avons réalisé des progrès notamment dans la réduction de l’eau prélevée par nos sites de production. Depuis 2008, nous avons économisé l’équivalent d’environ 1,5 litre d’eau par personne présente sur la planète.

L’eau utilisée par nos consommateurs lors du lavage et du nettoyage est sept fois plus importante que l’eau contenue dans les matières premières agricoles que nous achetons. Dans les pays émergents, la lessive peut consommer jusqu’à un tiers de l’approvisionnement en eau d’un ménage.

Nous faisons des progrès dans la conception et le déploiement de produits qui nécessitent moins d’eau. Notre assouplissant Comfort One Rinse est maintenant disponible dans les pays souffrant de pénurie d’eau. Lifebuoy a lancé un lavage à la main en mousse qui diminue la consommation d’eau et nous avons lancé un shampooing sec dans une dizaine de pays.

Un long chemin nous attend pour pouvoir atteindre notre objectif. Comme nous avançons, nous serons mieux préparés pour l’approvisionnement en matières premières essentielles auprès des agriculteurs avec un approvisionnement limité en eau et nous ouvrirons de nouveaux marchés en proposant des produits qui répondent aux besoins des personnes ayant un accès limité à l’eau. Mais les transformations finales voulues n’arriveront que lorsque le prix de l’eau sera plus élevé et qu’il y aura une prime financière pour encourager les gens à adopter de nouveaux comportements.

Réduire la consommation d’eau dans le processus de lavage (M)

Nous réduirons l’eau nécessaire dans le processus de lavage via :

  • En rendant les produits de rinçage plus largement accessibles.
  • Fournir 50 millions de foyers dans des pays en pénurie d’eau avec des produits de lessive qui donnent des résultats excellents, mais utilisent moins d’eau, d’ici 2020.
  • En 2012, nous avons lancé notre assouplissant Comfort One Rinse en Inde et au Cambodge. Nous avons également élargi la gamme Comfort One Rinse en Thaïlande, au Vietnam, en Indonésie et aux Philippines.
  • En 2012, les produits One Rinse ont été utilisés dans plus de 1,4 milliard de lessives dans 28,7 millions de foyers dans le monde, soit une augmentation de 66 % par rapport à 2010.†

En savoir plus sur la réduction de la consommation d’eau dans le processus de lavage

Notre approche

Nous avons estimé qu’il y avait du retard concernant ces objectifs dans notre dernier rapport. Par rapport à 2011, nous avons plus de projets convenus dans notre pipeline d’innovation, ce qui nous rend plus confiants quant à des progrès plus importants dans les années à venir. Nous avons également considérablement élargi la gamme de produits One Rinse et les ventes sont en croissance. Nous avons constaté que nos progrès étaient sur la bonne voie pour atteindre notre objectif de 2020.

Dans les pays en pénurie d’eau, environ 38 % de l’eau domestique est utilisée pour le nettoyage des vêtements. Dans bon nombre de ces pays, les gens lavent leur linge à la main. Notre assouplissant One Rinse réduit la quantité d’eau nécessaire pour éliminer les résidus de lessive à un seau au lieu de trois. Cela peut faire économiser jusqu’à la moitié de l’eau par lavage, soit environ 30 litres, si le produit est utilisé de manière adéquate.

En 2012, nous avons continué à introduire ce produit dans de nouveaux pays et il est maintenant disponible en Inde et au Cambodge. Il est en position prépondérante sur certains marchés, atteignant les 38 % sur le marché des assouplissants au Vietnam et dépassant le quart des parts de marché en Indonésie.

† Attesté indépendamment par PWC

Réduire la consommation d’eau pour le soin de la peau et des cheveux (M)

  • En 2015, nous avons l’intention d’atteindre 200 millions de consommateurs avec des produits et des outils qui les aideront à utiliser moins d’eau pour la lessive et leur hygiène personnelle. Notre objectif est de voir doubler ce chiffre d’ici 2020.
  • En 2012, nous avons amélioré notre compréhension dans ce domaine, mais les progrès restent lents.

En savoir plus sur la réduction de la consommation d’eau pour le soin de la peau et des cheveux

Notre approche

Environ 39 % de notre consommation d’eau nationale se produit lorsque les consommateurs utilisent nos savons, gels douche et shampooings et ils peuvent être lents ou réticents à changer leurs habitudes. Nous avons mené plusieurs études dans différents pays pour améliorer notre compréhension du comportement des consommateurs sous la douche et comment il pourrait être influencé.

Par exemple, notre étude s’est portée sur 100 ménages en Australie et a recueilli des données sur les habitudes des Australiens sous la douche et sur la relation entre le comportement du consommateur et l’utilisation du produit. Nous avons installé des capteurs pour mesurer la durée, la consommation d’eau et la fréquence des douches. Les conclusions font ressortir qu’une douche dure en moyenne environ 9 minutes, plus longue que la moyenne britannique qui est de 8 minutes.

Nous avons introduit deux innovations qui apportent des avantages aux consommateurs et dans le but de les encourager à utiliser moins d’eau : le shampooing sec, qui rafraîchit les cheveux sans eau et les savons mousses pour les mains Lifebuoy qui peuvent réduire la consommation en eau de 18 %.

Radox permet aux consommateurs d’économiser

Femme prenant une doucheNous mettons à l’essai des moyens pour aider les consommateurs à réduire leur consommation en eau. Notre marque de gels douche Radox en Afrique du Sud a proposé gratuitement aux consommateurs un aérateur lorsqu’ils achetaient deux produits. Ce produit peut être monté sur des pommes de douche pour réduire la quantité d’eau utilisée et les consommateurs pourront économiser jusqu’à 450 € par an.

Réduire la consommation d’eau dans l’agriculture

  • Nous élaborerons des plans détaillés avec nos fournisseurs et partenaires pour réduire l’eau utilisée pour faire pousser nos cultures dans les pays en pénurie d’eau.
  • En 2012, nous avons affiné notre compréhension concernant notre empreinte dans le domaine de l’irrigation et identifié les cultures prioritaires ainsi que des emplacements pour nos projets.

En savoir plus sur la réduction de la consommation en eau dans l’agriculture

Notre approche

En 2012, à l’aide des données du Water Footprint Network, nous avons réalisé une évaluation détaillée novatrice sur quatre ans de la quantité d’eau d’irrigation utilisée pour produire nos principales matières premières agricoles dans tous les pays en pénurie d’eau dans lesquels nous sommes présents. Cela comprenait une évaluation détaillée de nos principales matières agricoles (environ les deux tiers de nos volumes) et l’examen de 30 autres matières.

Notre évaluation est beaucoup plus précise que l’analyse précédente que nous avons utilisée pour élaborer notre graphique 2008 sur notre empreinte en eau. Ceci est largement dû à de meilleures estimations de notre empreinte en eau et à des informations plus précises sur les domaines dans lesquels nos principales cultures sont cultivées.

Notre empreinte est inférieure à celle que nous avions estimée précédemment. Nous pensions que la quantité totale d’eau utilisée pour produire nos ingrédients agricoles était d’environ 50 % de notre empreinte écologique au sein de la chaîne de valeur. Nous savons maintenant qu’il s’agit d’environ 15 %, et qu’environ 85 % se rapportent à l’eau utilisée par les consommateurs.

L’évaluation a identifié les tomates et la canne à sucre comme les cultures les plus importantes d’un point de vue de la consommation en eau. Nous avons déjà travaillé pendant de nombreuses années pour promouvoir l’irrigation au goutte-à-goutte avec nos fournisseurs de tomates. Nous allons maintenant intensifier notre activité et continuer à travailler avec des fournisseurs pour recueillir des données pour les cultures autovérifiées cultivées selon le Code Unilever pour une agriculture durable (Unilever Sustainable Agriculture Code).

Réduire la consommation d’eau dans nos processus de fabrication

  • En 2020, les prélèvements d’eau effectués par notre réseau mondial d’usines seront égaux ou inférieurs au niveau de 2008, malgré des volumes considérablement plus élevés.

    Cela représente une réduction d’environ 40 % par tonne produite.

    En comparaison à l’année de référence 1995, cela représente une réduction de 78 % par tonne produite et une réduction de 65 % en valeur absolue. Nous mettrons l’accent en particulier sur les usines situées dans des pays souffrant de pénurie d’eau.

  • Toutes les usines nouvellement construites viseront à prélever environ la moitié des quantités d’eau utilisées en 2008.
  • 13 millions de moins de m3 d’eau prélevée en 2012 en comparaison à 2008 (une réduction de 25 % par tonne produite).

    Par rapport à 1995, cela représente une réduction de 73 % en valeur absolue.

  • Sept nouvelles usines ont été prévues en 2012 pour ouvrir en 2013. Leur conception écologiquement efficace vise à réduire de 50 % les quantités d’eau par tonne produite par rapport à 2008.

En savoir plus sur la réduction de la consommation d’eau dans le processus de fabrication

Notre approche

Nous avons réalisé de bons progrès dans la réduction de l’eau prélevée par nos sites de fabrication : depuis 2008, nous avons économisé l’équivalent d’1,5 litre d’eau environ par personne présente sur la planète. La consommation d’eau par tonne produite a diminué de 7 % en 2012 par rapport à 2011.

En 2012, nous avons investi dans quatre projets de recyclage des effluents sur les sites d’Asie du Sud pour réduire le prélèvement d’eau de 60 000 m3 par an.

Nos sites de production indiens fournissent de nombreux bons exemples expliquant comment l’eau de pluie est utilisée pour les services dans l’usine tels que le refroidissement des tours, chaudières, procédés de fabrication (traitement suivant) et pour la chasse d’eau des toilettes.

Cependant, le prix relativement faible de l’eau rend difficile la justification des coûts de certains projets pour réduire nos besoins en eau. Nous allons donc mettre l’accent sur la réduction de la consommation d’eau dans les sites que nous avons identifiés comme les lieux en pénurie d’eau prioritaires.

L’efficacité énergétique permet d’économiser 17 millions d’euros en coûts

L’investissement dans des technologies rentables dans nos usines, ainsi que le traitement des procédés des effluents permettant la réutilisation de l’eau et une surveillance accrue ont permis d’économiser plus de 17 millions d’euros en coûts cumulés depuis 2008.

† Attesté indépendamment par PWC

Défis futurs

La plus grande partie de notre empreinte est associée à l’hygiène personnelle et la lessive, tout comme notre empreinte de gaz à effet de serre est associée au chauffage de l’eau des douches et des machines à laver.

Dans les parties du monde en développement où l’eau se fait rare, les femmes doivent souvent parcourir de longues distances pour trouver de l’eau, ou elles doivent se transformer en « gestionnaires de l’eau » dans leur foyer, tout en stockant et rationnant attentivement l’eau qui se fait précieuse. Si d’autres innovations comme Comfort One Rinse sont développées, tout en gardant à l’esprit de réduire l’eau nécessaire pour faire la lessive, cela permettrait aux habitants de ces pays de gagner du temps tout en étant plus pratiques.

À long terme le manque d’investissement dans les infrastructures de l’eau ne fera qu’exacerber le problème de la rareté de l’eau dans de nombreux pays.

Nous devons travailler en partenariat avec les gouvernements, les ONG et les consommateurs pour traiter et gérer l’utilisation de l’eau de manière efficace. La tarification de l’eau et la mesure de la consommation d’eau, aux côtés de l’éducation des consommateurs, seront finalement nécessaires pour entraîner un changement radical.